Actualités

 GRAND PRIX PHILIPPE & MARIA HALPHEN 2018 – PROFESSEUR MARION LEBOYER 

La Fondation Philippe & Maria Halphen est heureuse d’annoncer que le Grand Prix Philippe et Maria Halphen 2018 est décerné à Marion Leboyer, professeur des universités/praticien hospitalier (PUPH) de psychiatrie de l’université Paris Est Créteil (UPEC).


L’Académie des Sciences lui rendra hommage à l’occasion de la remise solennelle de son prix sous la Coupole de l’Institut de France, le 20 novembre 2018.

Plus d’informations bientôt disponibles.

 APPEL A CANDIDATURE 

Le Grand prix Halphen de la Fondation Philippe et Maria Halphen 2018, d’un montant de 20.000 euros, sera décerné à un chercheur francophone ayant contribué à la mise en évidence chez le malade de nouvelles pistes ou outils thérapeutiques.

Vous trouverez en pièce jointe l’appel à candidature pour le Grand Prix Halphen de la Fondation Philippe et Maria Halphen que vous pouvez consulter également sur le site Internet de l’Académie des sciences à l’adresse suivante : Appel à candidature

Les propositions de candidatures pour ces prix doivent nous être adressées le :

lundi 14 mai 2018 au plus tard.

 

Les dossiers de candidature devront être adressés directement :

par courrier électronique en un fichier unique (format PDF) à l’adresse suivante : sandrine.megret@academie-sciences.fr et muriel.touly@academie-sciences.fr

par voie postale en 1 exemplaire à l’adresse suivante :

Académie des sciences

Service des Séances et des Prix

23, quai de Conti – 75006 PARIS

 Crazy’App : comprendre et changer les représentations sur les troubles psychiques 

Notre Crazy’App est paru dans le dernier numéro de la revue Réalités Familiales (n°120-121) : Crazy’App : comprendre et changer les représentations sur les troubles psychiques 

INTERVIEW AVEC CYNTHIA JOYCE – ANCIENNE PDG DE QU TRANSFORMING MENTAL HEALTH (UK) 

Interview avec Cynthia Joyce – ancienne PDG de MQ Transforming Mental Health (UK)

«Chez MQ, nous sommes très intéressés à travailler avec la Fondation Philippe et Maria Halphen pour sensibiliser à l’importance d’impliquer les patients et les personnes affectées par la maladie dans le processus de recherche.» (traduit de l’anglais)

Professeur Philippe Conus – Lauréat du Grand Prix Halphen 2017  

Interview avec le Professeur Philippe Conus, lauréat du Prix Philippe & Maria Halphen 2017 et Directeur du Département de psychiatrie, Université de Lausanne, Suisse.

« Le fait est que quand vous recevez ce prix, cela nous rend plus visibles. La recherché en psychiatrie n’est pas le domaine le plus en vue dans la recherché en general et nous devons déstigmatiser tout ça et continuer de faire ce travail, qui est très prometteur. »

L’Académie des sciences décerne le Grand Prix Halphen 2017 au Professeur Philippe Conus

Le Grand Prix Halphen 2017 de l’Académie des sciences est décerné au Professeur Philippe Conus.

Le PRIX PHILIPPE ET MARIA HALPHEN d’un montant de 20 000 € a été décerné le 21 novembre 2017, à l’occasion de la cérémonie officielle sous la coupole de l’Académie des sciences, à Monsieur Philippe Conus.

Le Professeur Philippe Conus dirige le service de psychiatrie du CHU Vaudois en Suisse. Âgé de 56 ans, ce médecin psychiatre a passé trois ans en Australie, ce qui lui a permis d’acquérir une expérience dans le domaine de la prise en charge précoce de patients atteints de maladies psychiatriques.

Avec un dossier scientifique d’excellente facture, son activité de recherche est centrée sur la mise au point de stratégies d’intervention précoce pour la prise en charge de patients avec dépression grave et avec schizophrénie. Alors que les tableaux cliniques de ces maladies psychiatriques sont connus à la phase d’état, tel n’est moins le cas au moment où apparaissent insidieusement les premiers symptômes (la face prodromique). Les progrès récents concernant les mécanismes intimes de ces affections et l’examen clinique des patients a une phase précoce de la maladie ont permis à ce psychiatre expérimenté d’identifier les déterminants cliniques de ces affections et de mettre en œuvre des pistes thérapeutiques nouvelles.  Ainsi, en se fondant sur des observations expérimentales, des résultats probants ont été obtenus dans des cas de psychose émergente à l’aide d’une molécule antioxydante.

Philippe Conus est de ceux qui feront avancer la discipline de psychiatrie en se fondant sur une recherche « translationelle ».

Dr Asya Rolls, invitée d’honneur du Grand Prix Halphen 2017

Dr Asya Rolls, invitée d’honneur, Pr. Philippe Conus, lauréat 2017, Mme Pascale Cossart, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Mme Maria Halphen.

Dr Asya Rolls est professeur adjointe à la Rappaport Medical School, au Technion, à l’Institut de technologie d’Israël et à l’Institut international de recherche Howard Hughes (HHMI). Elle a obtenu son doctorat à l’Institut Weizmann, en Israël, et a complété sa formation post-doctorale au département de psychiatrie de l’Université de Stanford, en Californie, en tant que boursière Fulbright.

Dr Rolls étudie les mécanismes physiologiques par lesquels les émotions et les pensées influent sur la santé physique. Son laboratoire utilise des approches chimio-génétiques, optiques et comportementales pour étudier comment l’activité cérébrale spécifique affecte la réponse immunitaire. En décryptant les voies neuronales médiatrices des signaux du cerveau, son travail vise à exploiter le potentiel thérapeutique du cerveau.

Dr. Rolls est un membre élu du réseau d’excellence FENS-KAVLI (2015-2019). Son travail a été récompensé par de nombreux prix, notamment le prix NARSAD pour les jeunes chercheurs, le prix Krill (Fondation Wolf), le prix Adelis Brain Research et la bourse de départ du CER.

Le Professeur Asya Rolls a participé aux travaux sur “L’activation du système de récompense stimule les défenses du système immunitaire”/“Activation of the reward system boosts innate and adaptive immunity “ Reçu 15 janvier; Accepté 1 juin; Publié en ligne 4 juillet 2016.

L’objectif général de ce travail est d’étudier les effets de l’activation du système de récompense et des émotions positives sur les défenses immunitaires. Une première partie de ce travail a consisté à sélectionner un modèle de souris (en utilisant les techniques pharmacologiques DREADD) d’activation sélective des neurones dopaminergiques de l’aire tegmentale ventrale (VTA), une région du système de récompense.

Dans un second temps, les auteurs ont regardé les effets de cette activation du VTA sur les défenses immunitaires. Une première série d’expériences a mis en évidence que l’activation du VTA augmente les défenses immunitaires (lors d’une infection bactérienne) en activant ces défenses avant toute rencontre avec l’agent pathogène. Dans un troisième temps, les auteurs démontrent l’effet sur la réponse immunitaire spécifique aux agents bactériens.

Finalement les auteurs démontrent que les effets immunitaires de l’activation dopaminergique du VTA sont médiés par le système nerveux sympathique.
Les auteurs concluent que les effets de l’activation de VTA sur l’immunité pourraient expliquer, au delà des effets psychologiques, les effets du placebo (conçu ici comme des attentes positives) sur le système immunitaire.

Commentaires personnels. C’est un très beau travail qui peut ouvrir des perspectives à la fois :

  1. pour la compréhension des effets placebo (une thématique de recherche d’actualité)
  2. pour les pathologies psychiatriques souvent liées à des dysfonctionnements de ce système de récompense (ex. symptôme de perte de plaisir dans la schizophrénie et la dépression) et associées à des perturbations de l’inflammation et des défenses immunitaires.

Enfin ce travail confirme finalement les intuitions du Pharmacien Coué (l’inventeur de la méthode Coué) qui en demandant à ses patients de répéter quotidiennement que tout va bien (pensée positive liée à l’activation probable du VTA) améliorait leur santé globale (immunitaire).

Ce travail souligne ainsi les liens fondamentaux entre le fonctionnement cérébral et le fonctionnement du reste de l’organisme et la nécessité de considérer les désordres mentaux comme des pathologies globales, non limitées au cerveau.

Recherche pour la Santé Mentale

Ensemble, engageons-nous pour une nouvelle coopération avec les personnes les plus concernées
Depuis 2014, la Fondation Philippe et Maria
Halphen sous lʼégide de lʼAcadémie des sciences de lʼInstitut de France
soutient la recherche fondamentale et interdisciplinaire dans le domaine de la maladie mentale et en particulier des troubles bipolaires, de la schizophrénie et des graves dépressions.

La Fondation récompense ce qu’il y a de mieux dans la recherche sur la santé mentale depuis 2014, en décernant chaque année le Grand Prix Halphen de lʼAcadémie des Sciences, dont le montant s’élève à 20 000 € pour 2017.

Ce sont vus récompensés depuis 2014, Madame Marie Odile Krebs, Professeur de psychiatrie à l’Hôpital Sainte-Anne, pour ses travaux sur la physiopathologie des troubles psychiatriques (prix 2014). Mr Luc Mallet, Professeur de psychiatrie à l’Hôpital Henri Mondor , pour ses travaux développés dans le domaine de la recherche neuroscientifique concernant les troubles obsessionnels compulsifs (prix 2015) Mr Philippe Fossati, Professeur de psychiatrie à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour ses travaux sur l’approche cognitive de la dépression résistante (prix 2016).

La Fondation Philippe et Maria Halphen a distingué cette année, le Mr Philippe Conus, Professeur de psychiatre dirigeant le service de psychiatrie du CHU vaudois en Suisse.

Agé de 56 ans, ce médecin psychiatre a passé trois ans en Australie, ce qui lui a permis d’acquérir une expérience dans le domaine de la prise en charge précoce des patients atteints de maladies psychiatriques.

Philippe Conus & Maria Halphen.

Avec un dossier scientifique d’excellente facture, son activité de recherche est centrée sur la mise au point de stratégies d’intervention rapide pour la prise en charge de patients avec dépression grave et avec schizophrénie.

Alors que les tableaux cliniques de ces maladies psychiatriques sont connus à la phase d’état, tel n’est moins le cas au moment où apparaissent insidieusement les premiers symptômes (la phase prodromique).

Les progrès récents concernant les mécanismes intimes de ces affections et l’examen clinique à une phase précoce de la maladie ont permis à ce psychiatre expérimenté d’identifier les déterminants cliniques de ces affections et de mettre en oeuvre des pistes thérapeutiques nouvelles.
Ainsi, se fondant sur des observations expérimentales, des résultats probants ont été obtenus dans des cas de psychose émergente à l’aide d’une molécule antioxydante.

Philippe Conus est de ceux qui feront avancer la discipline de psychiatrie en se fondant sur une recherche « translationelle ».

La Fondation collabore étroitement avec lʼassociation internationale Meeting for Minds , pour faire avancer le partage des connaissances et mieux faire connaître, sur la scène internationale, les innovations et les découvertes en faveur de la santé mentale. Avec lʼaide des chercheurs, des cliniciens et surtout avec ceux qui souffrent de maladie mentale, la Fondation Philippe et Maria Halphen soutient lʼémergence de nouveaux axes de recherche, de nouvelles façons d’établir des diagnostics et de trouver de nouveaux traitements.

Sa fondatrice, Maria Halphen, a soutenu en 2016, en partenariat avec « Meeting for Minds » la web application « Crazy App » développée par de jeunes chercheurs de l’ICM et présentée pour la première fois à la Cité des Sciences et de l’Industrie à l’occasion de l’exposition «Désordre Mental” (Goes Crazy) produite á Paris.

L’enquête en ligne dénommée « CrazyApp » vise à établir un état des lieux des représentations et comportements potentiellement stigmatisants vis-à- vis de quatre troubles mentaux : l’anorexie, la bipolarité, le Trouble obsessionnel compulsif (TOC) et la dépendance à l’alcool.

L’enquête a montré que la distance sociale exprimée ne dépend pas seulement du trouble identifié, elle dépend aussi des caractéristiques particulières de la personne visionnée (sexe, âge, discours, gestuelle, attitude…). Même si ces effets intersubjectifs sont difficilement mesurables dans l’enquête, ils soulignent les effets tantôt négatifs tantôt positifs que peut avoir le contact avec la maladie mentale préconisé comme moyen de lutte contre la stigmatisation.

Notre Vision

Meeting For Minds veut instaurer un dialogue entre les chercheurs sur le cerveau, les cliniciens et les de la maladie mentale et leurs familles (les PLEX), à travers la communication, impliquant des leaders éminents dans ces domaines.

Notre objectif est de créer un nouveau style de recherche innovant sur le cerveau et les troubles du cerveau comprenant l’expérience vécue de la maladie mentale, non seulement en tant que sujets de test, mais plutôt en tant que partenaires dans la recherche.
Nous ne sommes pas une societe de services de soutien en santé mentale.

Événement «Synergies» – Suisse – 2018

Meeting for Minds organise une journée de rencontres entre les chercheurs et les PLEX de GRAAP (un ONG de santé mentale) de Lausanne, pour partager leurs connaissances et expériences et explorer trois scenarios (co-design) proposés par des chercheurs de l’Université de Zurich, de l’Université de Berne et de l’EPFL Lausanne.

Projet de recherche ‘MAPS’ (Médecine, Advocates (Soignants), Patients & Sciences) – Australie – 2017

Le but du projet MAPS vise à explorer la meilleure découverte scientifique en génétique psychiatrique de la dépression, pour soulager la souffrance des patients souffrants de maladie dépressive sévère/majeure en utilisant « la meilleure découverte scientifique maintenant, pour le meilleur traitement maintenant « . L’espoir est que les patients confrontés à des problèmes de santé mentale «difficiles à traiter» pourraient être en mesure d’ accéder à des traitements plus personnalisés grâce à des tests génétiques. Ceci est le projet pilote pour M4M soulignant l’implication de PLEX dans la recherche.

Guidé par Dr Anthony Akkari PhD et Prof Sean Hood de l’UWA. Les PLEX impliqués sont Jerry Burong, Michael Wiggins, Melanie Hunt et Idoia Mosterin, avec Keith Wilson de M4M étant le coordinateur.
Plateforme mondiale pour la santé mentale de Meeting for Minds – 2018

M4M travaille actuellement sur la conception d’une plate-forme mondiale. L’objectif de la plateforme mondiale pour la santé mentale est de susciter et inspirer la recherche innovante grâce à l’interaction avec les intervenants externes et entre les chercheurs, les cliniciens et les PLEX, pour être un genre de “showroom” des projets de recherche bénéficiants de l’implication et de la contribution des PLEX; et pour faciliter le lien entre les PLEX et les chercheurs autour des projets de recherchés spécifiques.

GRAND PRIX PHILIPPE & MARIA HALPHEN 2016

La Fondation Philippe et Maria Halphen promeut la recherche internationale.

Professeur de santé mentale _de l’enfant à l’Université de Melbourne et directeur exécutif d’Orygen, centre national d’excellence en santé mentale _de l’enfant en Australie.

Le Professeur Patrick Dennistoun Mac Gorry invité d’honneur de la Fondation Philippe et Maria Halphen.

Les 21 et 22 novembre 2016, le prix Philippe & Maria Halphen 2016 a été décerné  à qui ?par la Fondation Philippe et Maria Halphen et Meeting for Minds. Ce prix promeut l’excellence de la recherche française et favorise la collaboration internationale entre chercheurs et acteurs du monde de la santé mentale.

À cette occasion, la Fondation Philippe et Maria Halphen et Meeting for Minds ont organisé un bel événement franco-australien d’une journée à l’Hôpital Sainte-Anne de Paris le lundi 21 novembre.

Le Professeur Marie-Odile Krebs, lauréate du Prix Halphen 2014, ainsi que le docteur Isabelle Amado présentèrent deux initiatives françaises remarquables : le modèle « tremplin » du C3RP (Dr I. Amado, MD, PhD) et l’expérience de prévention – intervention précoce, le C’JAAD (Professeur M.-O. Krebs).  Au titre de  la recherche, le Dr F. Vinckier a présenté ses travaux sur le modèle informatique de la psychose et le projet « Personna » TMS du Dr M. Plaze pour la dépersonnalisation.

Toutes ces initiatives et travaux ont suscité de longues discussions et un partage d’expériences entre chercheurs Français, Australiens, Israeliens et Suisses, plus particulièrement sur le thème stratégique de l’intervention précoce.

L’inauguration du prix Halphen a ensuite eu lieu au Salon Bonnefous de l’Académie des Sciences, en l’honneur de la fondation, le professeur australien Patrick McGorry a pris la parole pour célébrer le lauréat 2016, le professeur français Philippe Fossati.

Cet événement a réuni des chercheurs confirmés _,des jeunes chercheurs, des psychiatres, des représentants d’associations de santé mentale françaises, suisses, britanniques et australiennes et des représentants internationaux d’institutions françaises (Hôpitaux Sainte-Anne, Pitié Salpétrière, Cochin …), ainsi que de grands instituts de recherche (ICM, EPFL à Lausanne, Orygen …). Le lendemain du prix, le lauréat a officiellement reçu le prix Philippe et Maria Halphen sous la coupole de l’Académie Française .

Pendant ces deux journées très intenses, la Fondation Philippe et Maria Halphen et Meeting for Minds ont reconnu l’excellence de la recherche française en attribuant le Prix Halphen au professeur Philipe Fossati, mais ils ont également contribué à des collaborations et des échanges internationaux entre chercheurs, cliniciens et associations_de  personnes ayant une expérience vécue de troubles mentaux amenant à l’étude de nouveaux domaines de coopération entre la France et l’Australie.